Une demande de libération conditionnelle déposée par Jean-Marc Deperrois, condamné en 1997 à 20 ans de réclusion dans l’affaire de la josacine, a été rejetée par le juge d’application des peines du tribunal de grande instance d’Evreux (Eure). Deperrois a été jugé coupable en mai 1997 d’avoir empoisonné en 1994 la petite Emilie Tanay, 9 ans, en versant du cyanure dans un flacon de josacine. /Photo d’archives/REUTERS/Jean-Pierre Mauger

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.